18/03/2019

Mathieu Zephir, nouveau chef du Sarah Beach - +

Aumônière de poisson frit et sa chantilly combava, salade de palmiste et sa vinaigrette au sucre de canne, ardoise japonaise, duo de demi-homard et saint-jacques à la crème de crustacés, risotto de riz vénéré et ses king size flambées au whisky, selle d’agneau au coeur de brèdes et champignons de Paris à la sauce brèdes mafanes… La carte en place au Sarah Beach, à Saint-Leu, depuis le 1er juin a de quoi faire saliver. Elle illustre surtout la patte imposée par le nouveau chef, Mathieu Zephir, installé depuis le 7 avril dernier. A 31 ans, ce cuisinier formé au lycée hôtelier de La Renaissance a profité d’une opportunité “interne” : “J’étais second au Carré, à Saint-Denis, depuis 2015. Récemment racheté par TS Holding, les propriétaires m’ont proposé de basculer sur un de leurs deux autres établissements, en l’occurrence le Sarah Beach.” Objectif fixé ? Monter en gamme, soigner les dressages, recadrer les méthodes de travail, tout en conservant l’esprit d’une table qui fonctionne. En résumé, faire pareil mais en mieux. “J’ai eu carte blanche, je peux faire ce que j’aime, avec l’accord du gérant Gabriel Demassieux bien entendu”, précise Mathieu Zephir. Et ce qu’aime faire ce chef, passé à La Réunion par l’Oasis, le Cherry, le Bellepierre et à Paris par la restauration d’entreprise chez Avenance, c’est proposer à une clientèle largement touristique de la cuisine du monde réalisée à partir de produits et d’épices péi. “Par exemple, une des suggestions pour la Fête des Mères était du homard sur son lit de bonbon piment, accompagnée d’une mousse d’avocat et yuzu aux perles de truite saumonée au combava, énonce-t-il fièrement. J’apprécie énormément les influences japonaises et je préfère travailler le poisson et les produits de l’océan.” Plein d’idées, de projets et d’enthousiasme, Mathieu Zephir compte bien s’épanouir et faire ses preuves au Sarah Beach. Pour, à terme, “devenir chef d’une table gastronomique d’hôtel à La Réunion”. Sans oublier le projet de complexe hôtelier qu’il espère concrétiser avec son père d’ici une dizaine d’années dans le sud de Madagascar, île dont sa famille est originaire.DSCN0992


Partager l'article

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

CHR Journal © 2019. Tous droits réservés.

Propulsé par WordPress. Adapté par ZOT LAB
Back to TOP