17/11/2018

La Maison du Whisky veut faire la différence avec des produits exclusifs sur l’île - +

Elle a décidé de développer son réseau CHR et c’est avec Ludovic Guéniot que La Maison du Whisky se lance à la conquête de ce marché en « demande ». Présentation des intentions de cet ancien commercial de Réunion boissons.

LMDW

Ludovic Guéniot est en charge du réseau des CHR depuis décembre dernier

Si vous ne connaissez pas La Maison du Whisky (LMDW), celle-ci ne tardera pas à venir à vous. Et pour cause, Ludovic Guéniot, embauché dans l’entreprise en décembre dernier, a pour mission de faire découvrir ses perles rares aux professionnels des CHR. Car la plupart de ses spiritueux ou cocktail bitters ne se trouve nulle par ailleurs. « On a l’avantage d’avoir des exclusivités à La Réunion. Nous avons des marques que les barmen aimeraient avoir mais qu’ils ne trouvent pas dans le circuit classique, comme Saint Germain, Hpnotiq, Monkey 47… Ou encore des whiskies japonais à l’instar du Nikka », indique Ludovic Guéniot. Pas question donc de marcher sur les plates-bandes de la concurrence, si ce n’est avec certains whiskies. Ce commercial passionné mise surtout sur ses Fine Spirits. « Ce sont des produits intéressants pour la mixologie, précise-t-il. Les barmen sont friands de spiritueux fins comme le rhum, la téquila, la cachaça, le mezcal, la vodka et cocktail bitters. »

Pour ce faire, il a sélectionné pas moins de 150 références à proposer à ses  futurs clients. Des produits qu’il qualifie de « premiums ». « J’ai eu un bar. J’ai également travaillé pour Charrette et Savanna. J’ai pu constater ce qui manque à La Réunion pour faire évoluer l’offre des bars en respectant leurs contraintes économiques. Alors j’ai ciblé des produits basés sur la qualité, l’exclusivité et la nouveauté », argumente le commercial. Selon lui, c’est l’opportunité pour certains établissements de se différencier et de diversifier leur carte. « L’idée n’est pas de vendre les mêmes produits à chaque client, précise-t-il. Mon objectif, c’est plutôt de trouver le ou les produits qui correspondront au style de l’établissement. »

« C’est un coup de poker réfléchi »

Ludovic Guéniot parle de son métier comme d’une histoire d’amour. Depuis qu’il a commencé, il a déjà conquis une dizaine de CHR, avec son programme de dégustation et de découverte. «  J’ai commencé par les établissements que je connais, car nous avons une certaine affinité. Et je savais qu’ils seraient probablement séduits par mes produits. »

Installée depuis 10 ans à La Réunion, pourquoi LMDW n’a-t-elle pas cherché à séduire les CHR auparavant ? « Aujourd’hui, LMDW veut vraiment développer son réseau CHR car elle croit en La Réunion et en cette plate-forme de zone Afrique. C’est un coup de Poker Réfléchi », explique Ludovic Guéniot.  Selon LMDW la demande est mondiale et il n’y a pas de raison que l’île y échappe. « Malgré la crise les gens se tournent étrangement vers le luxe. Et nous le constatons à la boutique. Ils veulent se faire plaisir avec une bonne bouteille et quand ils sortent, ils veulent être épatés », conclut le commercial.

Encadre LMDW


Partager l'article

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

CHR Journal © 2018. Tous droits réservés.

Propulsé par WordPress. Adapté par ZOT LAB
Back to TOP